Abandon de poste CDI : tout ce que vous devez savoir

L’abandon de poste en CDI est une situation fréquente qui peut engendrer des conséquences tant pour le salarié concerné que pour l’employeur. Les droits et obligations des parties doivent être bien compris pour gérer cette situation de manière appropriée.

Ce qu'il faut retenir :

🚷 Abandon de poste Salarié absent sans autorisation ni motif légitime.
⚖️ Procédure disciplinaire Employeur doit suivre une procédure avant un licenciement.
💼 Reprendre le travail Salarié doit retourner immédiatement au travail pour éviter les conséquences.
🔚 Rupture de contrat Employeur peut opter pour licenciement ou rupture conventionnelle.
💼 Conséquences professionnelles Nuire à la réputation et difficulté à retrouver un emploi.
💰 Conséquences financières Perte de préavis, indemnités et risque d'exclusion de l'assurance chômage.

Définition de l’abandon de poste

Le terme abandon de poste désigne la situation dans laquelle un salarié s’absente de son travail sans autorisation préalable et sans motif légitime, pendant une durée prolongée. Cette absence injustifiée constitue une faute pouvant entraîner des sanctions disciplinaires, voire le licenciement du salarié.

Les conditions d’un abandon de poste

Pour qu’il y ait abandon de poste, plusieurs éléments doivent être réunis :

  • Absence injustifiée du salarié : le salarié doit être absent sans autorisation préalable de son employeur, ni motif légitime (maladie, accident, etc.)
  • Période prolongée : l’absence doit durer au moins deux jours ouvrables consécutifs
  • Intention du salarié : il faut que le salarié manifeste l’intention de ne pas reprendre son poste, ce qui peut être déduit de son comportement ou de ses paroles.

Que faire en cas d’abandon de poste du salarié ?

Pour l’employeur : entamer une procédure disciplinaire

Faute grave, l’abandon de poste peut justifier un licenciement pour faute. Néanmoins, l’employeur doit respecter la procédure disciplinaire en vigueur dans l’entreprise :

  1. Mise en demeure du salarié : cela consiste à envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception au salarié, lui demandant de reprendre son poste et de justifier son absence. Cette étape permet d’informer le salarié des conséquences possibles de son abandon de poste.
  2. Convocation à un entretien préalable : si le salarié ne répond pas à la mise en demeure ou s’il ne reprend pas son poste, l’employeur doit organiser un entretien pour entendre les explications du salarié avant de prendre une décision. La convocation doit être adressée par lettre recommandée avec accusé de réception, ou remise en main propre contre décharge.
  3. Si le salarié ne se présente pas à l’entretien, et qu’il n’a pas de motif valable pour justifier cette absence, l’employeur pourra engager des poursuites disciplinaires.

Pour le salarié : éviter les conséquences de l’abandon de poste

Le salarié qui souhaite éviter les conséquences négatives liées à l’abandon de poste doit reprendre immédiatement son travail. Si le salarié dispose d’un motif légitime, il doit prendre contact avec son employeur pour lui fournir des explications et, si nécessaire, apporter des preuves (certificat médical, etc.). Il est recommandé de consulter un avocat ou un représentant syndical pour obtenir des conseils juridiques adaptés.

La rupture du contrat de travail en CDI suite à un abandon de poste

Lorsque l’employeur décide de rompre le contrat de travail suite à un abandon de poste, différentes options s’offrent à lui :

  1. Licenciement pour faute grave : la procédure disciplinaire prévue par le Code du travail doit être respectée. Le salarié concerné ne bénéficiera pas du préavis ni des indemnités de licenciement auxquelles il aurait eu droit.
  2. Rupture conventionnelle : si l’employeur et le salarié sont d’accord pour mettre fin au contrat de travail, ils peuvent opter pour cette méthode de rupture plus souple et sécurisée. Le salarié aura droit à une indemnité de rupture conventionnelle et pourra percevoir l’allocation chômage.

Les conséquences pour le salarié en cas d’abandon de poste

Sur le plan professionnel

L’abandon de poste peut avoir des conséquences néfastes pour le salarié sur plusieurs aspects :

  • Il peut nuire à sa réputation professionnelle, rendre difficile la recherche d’un nouvel emploi et entraîner une période de chômage plus ou moins longue.
  • Certaines professions réglementées, telles que les avocats ou les experts-comptables, sont soumises à un code déontologique qui prévoit des sanctions disciplinaires en cas de manquement à leurs obligations professionnelles, y compris l’abandon de poste.

Sur le plan financier

L’abandon de poste peut engendrer des pertes financières pour le salarié :

  • Le salarié licencié pour faute grave ne bénéficie pas de préavis ni d’indemnités de licenciement.
  • Le salarié peut être exclu du régime d’assurance chômage s’il est considéré comme ayant volontairement quitté son emploi sans motif légitime.

L’abandon de poste en CDI est une situation complexe qui doit être traitée avec sérieux par les deux parties. L’employeur doit respecter la procédure disciplinaire en vigueur et le salarié doit prendre ses responsabilités en reprenant son travail ou en fournissant des explications valables quant à son absence.

5/5 - (1 vote)
Partagez l'article